La vie des pattes de velours.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
VOUS AIMEZ LES CHATS !! VENEZ NOUS REJOINDRE
VOUS VOULEZ ACQUERIR UN CHAT ? PENSEZ A L'ADOPTION DANS UN REFUGE

Partagez | 
 

 Cirque : le texte du ministère qui dérange

Aller en bas 
AuteurMessage
Poupette
FONDATRICE
FONDATRICE
avatar

Messages : 3427
Emploi/loisirs : Mes chats
Humeur : Un caractère de chat

MessageSujet: Cirque : le texte du ministère qui dérange    Jeu 14 Avr - 12:37

Cirque : le texte du ministère qui dérange

Le ministère de l’Ecologie a pris un arrêté visant à mieux encadrer la détention des animaux sauvages dans les cirques itinérants, sans prendre en compte le point de vue des organismes de protection animale. Et si ce texte soumet les établissements à des aménagements plus contraignants, la Fondation 30 Millions d’Amis déplore que la captivité des animaux ne fasse l’objet d’aucune remise en question.

Cirque : le texte du ministère qui dérangeTrès attendu, l’arrêté du 18 mars 2011 pris par le ministère de l’Ecologie fixe plus précisément les conditions de détention des animaux sauvages dans les cirques itinérants, et abroge les deux arrêtés du 21 août 1978 qui ne prévoyaient aucune disposition particulière en fonction des besoins des espèces. Une aberration pour les défenseurs des animaux, dont la Fondation 30 Millions d’Amis, qui lutte depuis des années contre l’exploitation des animaux sauvages dans les cirques.

Mépris des règles de protection animale


La Fondation 30 Millions d’Amis prend acte de cet arrêté, très en-deçà de ses attentes en matière de bien-être animal. Dans une lettre adressée à Nathalie Kosciusko-Morizet, Reha Hutin, Présidente de la Fondation, déplore un arrêté qui méprise « les règles élémentaires de protection animale et la nécessaire évolution des pratiques qui heurtent aujourd’hui la sensibilité d’un grand nombre de nos concitoyens ».

Car si quelques améliorations sont à noter (concernant les cages de transport, les installations extérieures et intérieures, l’accès permanent à l’eau et à la nourriture ou l’interdiction de mégaphones en présence d’un animal), l’arrêté du 18 mars 2011 n’efface pas une question essentielle : les animaux sauvages ont-ils leur place dans les cirques ? Leurs besoins les plus élémentaires sont, tout au long de leur vie, réprimés dans l’unique but de divertir les spectateurs et ils vivent en totale contradiction avec les caractéristiques de leur espèce. « Nous avons fourni au ministère les travaux de 80 experts, indique Franck Schrafstetter, président de l’association Code Animal. Tous arrivent à la même conclusion : les conditions de vie dans les cirques sont uniquement des facteurs de souffrances pour les animaux. »

Dispositions choquantes


« Les discours grandiloquents sur le bien-être animal ne sont suivis d’aucune décision concrète.


Franck Schrafstetter, Code Animal


Des arguments qui n’ont pas été entendus par le gouvernement dont le nouveau dispositif prévoit même trois dispositions particulièrement choquantes. D’une part, aucune espèce animale n’est interdite dès lors que « l’intérêt artistique particulier du spectacle présenté » est démontré. D’autre part, les cirques sédentaires ne sont pas concernés par ce texte, laissant le soin aux propriétaires de définir eux-mêmes les conditions de détention de leurs animaux. Enfin, les animaux âgés, qui ne sont donc plus en mesure d’être présentés au public, restent sous la responsabilité des exploitants. Une dernière disposition qui prend une dimension particulière au regard de l’affaire qui secoue actuellement le Royaume-Uni : des images filmées en caméra cachée par Animal Defenders International révèlent le martyre d’Anne, une éléphante « à la retraite » de 53 ans, détenue par un cirque depuis 1957, fréquemment battue par le personnel (voir la vidéo ci-dessous). Une récente consultation publique révèle par ailleurs qu’outre-Manche, près de 95 % de la population est favorable à une interdiction des animaux sauvages dans les cirques.

« Hypocrisie française »


De nombreux pays ont d’ores et déjà franchi ce pas, comme la Finlande, le Danemark ou encore Bolivie et le Costa Rica. Mais « le concept d’animal-machine défini par Descartes est toujours ancré en France, dénonce Franck Schrafstetter. Les discours grandiloquents sur le bien-être animal ne sont suivis d’aucune décision concrète. Tout ceci est d’une grande hypocrisie ». Un point de vue partagé par Reha Hutin, qui estime « qu’aucun progrès ne sera fait tant que la Commission nationale consultative pour la faune sauvage captive - qui statue sur la présence des espèces dans les cirques - continuera d’exclure les défenseurs des animaux de ses décisions ».

A l’échelon local, certaines villes françaises à l’instar de Creil (60) et de Bagnolet (93), ont d’ores et déjà pris des mesures visant à interdire sur leur sol des cirques avec animaux sauvages et domestiques, invoquant notamment les souffrances inutiles infligées par la vie en captivité.

La Fondation 30 Millions d’Amis lutte depuis de nombreuses années pour une interdiction progressive des espèces sauvages dans les cirques, et appelle à des mesures concrètes comme la stérilisation des animaux captifs et l’impossibilité pour ces structures d’acquérir de nouveaux spécimens. Elle a mis en ligne deux pétitions pour une interdiction des animaux sauvages dans les spectacles itinérants au niveau national et/ou à Paris.

30 Millions d'Amis


CHAQUE CHAT EST UN CHEF D'OEUVRE - Léonard de Vinci.

Revenir en haut Aller en bas
http://chezmoussetcloe.forumactif.com
 
Cirque : le texte du ministère qui dérange
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chez Mouss et Cloé :: Chez Mouss et Cloé :: MOUSS ET CLOE PARLENT :: MOUSS ET CLOE SORTENT LEURS GRIFFES...-
Sauter vers: